Ce qui a changé depuis le 1er juillet 2021

Ce qui a changé depuis le 1er juillet 2021 800 533 Exponens

Ce qui a changé depuis le 1er juillet 2021

Publié le 05/07/2021

De la hausse des tarifs réglementés du gaz à la fin de la prime de conversion pour les diesels, découvrez les changements effectifs, depuis le 1er juillet 2021 dans cet article dédié.

Une hausse des tarifs réglementés du gaz :

Le gaz sera plus cher à partir du 1er juillet, avec une hausse de près de 10% des tarifs réglementés vendus par Engie. Cette augmentation s’explique notamment par la hausse des cours mondiaux liée à la reprise économique, « sachant que 99 % du gaz consommé en France est importé. Elle est due en outre pour plus de 2 % à la participation du gaz en faveur de la transition énergétique (dispositif des CEE) », indique la CRE dans un communiqué du 25 juin 2021.

Les travailleurs libéraux, indépendants et TNS pourront percevoir des indemnités journalières en cas d’arrêt de travail :

Comme les artisans ou les commerçants, les travailleurs libéraux bénéficieront d’indemnités journalières en cas d’arrêt de travail. Cela concerne uniquement les indépendants rattachés à la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse (CNAV). Mais cette allocation possible sous-entend aussi de nouvelles cotisations pour les travailleurs indépendants avec une cotisation de 0,3% sur les revenus annuels, mais elle ne sera que de 0,15% pour la fin de l’année 2021.

Une évolution des indemnités du chômage partiel :

À partir du 1er juillet, les salariés bénéficiant du chômage partiel verront leur indemnité passer de 84% à 72% de leur salaire net. Cependant, les salariés des secteurs les plus touchés par la crise sanitaire (tourisme, événementiel, culture, sport ou encore transport) et les secteurs fermés administrativement conserveront le même montant de chômage partiel (84%) jusqu’au 31 août 2021.
Également, le chômage partiel se réalise toujours dans un cadre avec un minimum fixé à 8,11 € à l’heure et un maximum établi à 27,68 € à l’heure.

Un allongement du congé paternité :

Le congé paternité s’allonge, en passant de 25 jours fractionnables à la naissance du premier enfant contre 11 jours consécutifs précédemment. Les pères ont ainsi la possibilité de choisir quand est ce qu’ils veulent profiter de cette naissance en plus des 3 jours de congé de naissance. Aussi, à partir du deuxième enfant, le congé paternité passe de 18 à 32 jours de congé. Enfin, le congé paternité pourra être pris dans les 6 mois de la naissance, et plus dans les 4 mois comme c’était le cas avant.

Des changements importants du côté des logements :

Dès ce jeudi, les propriétaires bailleurs qui souhaitent refaire leur isolation peuvent demander MaPrimeRénov’. Ce dispositif permet de se faire aider dans ses travaux de rénovation avec une limite de 20 000€ en présentant un dossier avec des justificatifs. « Cette prime vise à encourager la rénovation énergétique des logements du parc locatif privé », détaille service-public.fr.

Aussi, le Diagnostic de Performance Energétique (DPE) sera modifié avec un nouveau mode de calcul. Le DPE vise à transmettre une information claire et précise sur les qualités de l’isolation d’un bien au vendeur et à l’acheteur afin de lutter contre les passoires thermiques. Les logements seront ainsi classés avec davantage de critères permettant le calcul d’une note de A à G. Les catégories F et G seront interdites à la vente à partir de 2023.

La fin de la prime de conversion pour les diesels et pour les véhicules polluants

Les acheteurs de véhicules diesels de véhicules portants la vignette Crit’Air 2 ne pourront plus bénéficier de la prime à la conversion sur leur ancien véhicule. Les barèmes du bonus écologique évoluent également en juillet. Les aides sont diminuées de 1 000€ en cas d’achat de véhicule électrique ou hybride mais reste tout de même fortement incitatives.