Anne Barraud : « L’expert-comptable est en quelque sorte un médecin pour l’entreprise »

Anne Barraud : « L’expert-comptable est en quelque sorte un médecin pour l’entreprise »

Anne Barraud : « L’expert-comptable est en quelque sorte un médecin pour l’entreprise » 750 392 Exponens

Anne Barraud : « L’expert-comptable est en quelque sorte un médecin pour l’entreprise » !

Publié le 17/05/2022
Actualité

Près de 6 500 experts-comptables exercent en Île-de-France. Ces professionnels, moins exposés que d’autres métiers, n’en restent pas moins essentiels au bon fonctionnement des entreprises et de l’activité économique. Anne Barraud, Associée et Expert-comptable Exponens partage son expérience dans une interview avec Actu-Juridique.fr.

Le métier d’expert-comptable a-t-il été transformé par ces deux dernières années ?

Fondamentalement, l’activité d’un expert-comptable n’a pas beaucoup changé. Le cœur de notre métier est toujours d’établir, pour nos clients, des comptes annuels. C’est davantage la pratique de notre profession qui a évolué. Aujourd’hui, plus qu’avant la pandémie, certaines de nos tâches sont dématérialisées. La crise Covid a accéléré à ce propos un processus qui était en marche. Elle nous a forcé, et nos clients aussi, à déployer d’autres méthodes pour échanger des documents nécessaires à la comptabilité. De fait, la numérisation des documents s’est répandue bien plus qu’elle ne l’aurait fait sans la pandémie.

Aussi, cette modernisation de la saisie impacte le travail de nos collaborateurs. Leur mission se tourne désormais davantage sur le contrôle des données établies par des logiciels que de la simple saisie. En clair, nous sommes passés d’une activité de saisisseur à celle de data contrôleur.

En résumé, l’expertise a pris le dessus sur la pure comptabilité ?

Oui, c’est une bonne synthèse il me semble. Néanmoins, la phase de numérisation dont nous parlons est encore en cours. La crise Covid nous a aidés à franchir une étape mais il reste encore beaucoup à faire. Certains dirigeants, notamment, préfèrent user encore de la bonne vieille méthode de la boîte à chaussures pour nous transmettre leurs documents comptables. L’obligation de facturation électronique, qui s’étalera entre le 1er juillet 2024 et le 1er janvier 2026, sera à cet égard une autre étape importante.

Ainsi, il est vrai que nous disposons, aujourd’hui, de temps supplémentaires pour …

Source : Interview d’Anne Barraud dans l’ Actu-Juridique.fr – 11 mai 2022