Aller au contenu
Accueil > Actualités > Passoires thermiques, timbres, smic, gaz, carburant : ce qui change le 1er janvier pour le budget des ménages
Actualités
  • Associations
  • Exponens dans la presse
  • Groupe Exponens
  • Passoires thermiques, timbres, smic, gaz, carburant : ce qui change le 1er janvier pour le budget des ménages

    Si un cortège de nouveautés s’invite traditionnellement le Jour de l’an, le cru 2023 est surtout marqué par la crise énergétique et l’inflation. Patricia Pierre, Associée et Directrice du Pôle Social au sein du groupe Exponens, témoigne des variations des cotisations pour les retraites de bases, les complémentaires mais également les prévoyances et les complémentaires santé, dans un article pour Le Monde.

    Pour les finances des particuliers, l’arrivée de la nouvelle année rime avec l’entrée en vigueur d’une ribambelle de mesures, de hausses de tarifs et de revalorisations. En 2023, elles porteront le sceau de la hausse des prix, en particulier de ceux du gaz et de l’électricité.

    Logement et immobilier

    Mesure emblématique de 2023, les logements très énergivores ne seront plus considérés comme « décents ». Leurs locataires pourront donc imposer des travaux au propriétaire. Dans un premier temps sont concernés les biens consommant plus de 450 kilowattheures (kWh) par mètre carré par an, pour les nouveaux contrats. Ce seuil évoluera ensuite à la baisse.

    Autre nouveauté visant à inciter les bailleurs à se lancer dans des travaux : l’opération sera plus intéressante fiscalement, il sera possible de déduire de son revenu global jusqu’à 21 400 euros de travaux de rénovation énergétique, au lieu de 10 700 euros (c’est le mécanisme du « déficit foncier »).

    Lire aussi (réservé aux abonnés) : Passoires thermiques : quelles contraintes vont s’imposer aux propriétaires ?

    Attention, on ne pourra plus, en 2023, obtenir l’aide MaPrimeRénov’ pour acheter une chaudière à gaz, même à très haute performance énergétique.

    Vous avez besoin d’un crédit immobilier ? Ce 1er janvier, le taux d’usure, soit le plafond auquel la banque peut prêter, augmente de nouveau. Il passe de 3,05 % à 3,57 % pour les crédits sur vingt ans ou plus ; un impact pour les emprunteurs, à double tranchant : les taux vont monter, mais cela devrait inciter les banques à prêter un peu plus volontiers – l’usure est en effet accusée de restreindre l’accès au crédit.

    Lire aussi (réservé aux abonnés) : Crédit immobilier : la façon de calculer le taux d’usure va-t-elle changer ?

    Lire l’article en intégralité*

    *Article réservé aux abonnés

    Source : Témoignage de Patricia Pierre dans Le Monde – 31 décembre 2022

    Dans la même catégorie

    Augmentation du plafond de la Sécurité sociale

    La Matinale du Monde du Chiffre accueille Patricia Pierre, Associée et Directrice du Pôle Social & RH au sein du groupe Exponens,…

    Rassurer les donateurs, mais à quel prix ?

    La transparence aide à gagner la confiance du public, mais augmente les dépenses des associations. Dans un article du Nouvel Economiste,…

    « Ce n’est pas que du chiffre » : les commissaires aux comptes, une vie dans l’ombre des dirigeants d’entreprise

    Le Figaro a mené l’enquête sur le rôle de ces professionnels qui ne se limite pas à la certification des comptes annuels…

    EXPONENS, un groupe au service des dirigeants et en recherche de nouveaux talents

    Les Echos Le Parisien Annonces accueillent sur leur plateau, Anne Barraud, Associée et Directrice Générale en charge des Ressources…